Corporate Venture vs Venture Capital

Corporate Venture Capital vs. Venture Capital, quelle différence ?

Une question apparaît souvent lorsque l’on débute sa phase de levée de fonds : vers qui se tourner entre un fonds de Venture Capital ou un fonds de Corporate Venture Capital. Cet article explique les principales différences entre ces deux types de fonds, et l’impact que ce choix peut avoir sur les startups financées.

Qu’est-ce qu’un fonds de Corporate Venture Capital (ou CVC) ?

Les fonds de Corporate Venture Capital appartiennent à des grands groupes qui souhaitent investir dans des startups pour différentes raisons (on vous dévoile tout dans la suite). Ces fonds sont entièrement gérés par le Corporate. Ils ont une équipe dédiée et un fonctionnement très similaire à celui d’un fonds de Venture Capital.

On peut schématiser un fonds de Corporate Venture comme un fonds de Venture classique avec un seul Limited Partner (LP) : le Corporate lui-même. Cela entraîne de nombreuses conséquences aussi bien pour les fonds de CVC que pour les startups dans lesquelles ils investissent.

Des objectifs de création de valeur différents

Comparer ces deux structures d’investissement amène à se demander quels sont leurs objectifs respectifs. Les fonds de Corporate Venture Capital et de Venture Capital ont en fait un objectif commun : la création de valeur pour leurs LPs (le Groupe lui-même pour le Corporate Venture).

C’est dans la manière de créer de la valeur que ces deux acteurs diffèrent :

  • Le fonds de venture capital doit avoir des objectifs de retour financier afin de satisfaire ses différents investisseurs (multiples LPs externes). Le fonds de venture va alors se concentrer sur une optimisation du TRI en cherchant à réaliser de beaux «exits ». Il peut s’agir d’une entrée en bourse (IPO) ou un rachat de leur participation par un fonds ou un industriel. Souvent, le fonds de VC va apporter son expertise et accompagner les startups du portefeuille dans le but d’accélérer la croissance, ce qui améliorera aussi le ROI lors de l’exit.
  • Bien qu’important, le retour financier n’est pas toujours l’objectif principal des fonds de Corporate Venture. Ces derniers sont moins regardants sur le TRI car ils ont la possibilité de créer de la valeur autrement. En investissant dans une startup le CVC espère pouvoir créer des synergies via l’accès à des connaissances technologiques ou grâce à des partenariats commerciaux avec la startup.

Les fonds de CVC voient donc l’investissement dans une startup comme un atout stratégique plutôt que financier.

Implication dans la gouvernance de la startup

Les VC ont souvent un rôle actif et souhaitent accompagner les startups dans leurs décisions stratégiques. De leur côté, les fonds de CVC ne cherchent pas toujours à avoir une position très active au Board. Les Corporates sont davantage focalisés sur l’activation des synergies, via la mise à disposition de ressources et d’expertises auprès de la startup et moins en position de contrôle.

Les fonds de VC vont quant à eux souhaiter un contrôle proportionnel à leur investissement afin de limiter le risque de leur investissement en orientant la stratégie dans l’espoir d’améliorer la croissance de la startup.

Alors que le contrôle du VC sur la stratégie de la startup peut être assez élevé (allant parfois jusqu’à un réel accompagnement opérationnel), il est aussi important pour la startup d’être accompagnée par un acteur qui comprend parfaitement l’activité et l’environnement du marché.

Horizon d’investissements

Les fonds de VC ont des contraintes de temps vis-à-vis de leur LPs et sont généralement engagés à effectuer des exits entre 7 à 10 ans après le lancement du fonds. Pour un Corporate, il n’y a pas de contrainte de temps puisque c’est le Corporate lui-même qui fixe les règles du fonds.

Avec les fonds de Corporate Venture, l’horizon de placement peut être potentiellement long.  Mais attention aux changements de gouvernance au sein du Groupe, qui peuvent affecter la stratégie d’accompagnement des startups du portefeuille.

Opportunités de sorties

Les exits possibles restent les mêmes entre un fonds de VC et un fonds de CVC à la différence qu’un rachat par le Corporate lui-même est souvent envisagé si les synergies se sont avérées efficaces avec par exemple création d’une nouvelle verticale ou l’intégration de la technologie développée par la startup.

Pour ne pas bloquer les scenarios d’exit, il faut néanmoins faire attention aux clauses du pacte et notamment aux droits de préemption qu’il faut idéalement éviter.

En synthèse

Fonds de Corporate Venture Capital et fonds de Venture Capital agissent de manière assez similaire, mais leurs stratégies d’investissement peuvent être différentes. Contrairement à un fonds de VC qui a principalement des objectifs financiers, un fonds de Corporate Venture Capital va chercher à créer des synergies auprès des startups du portefeuille. Ce sont ces synergies qui vont apporter de la valeur pour le Corporate et pour la startup.

Pour une startup, lever auprès d’un CVC peut apporter beaucoup de bénéfices : accords commerciaux, expertise, accès à de nouveaux marchés, etc… Mais la startup va aussi de profiter de l’image de marque du Corporate, ce qui peut la rendre encore plus crédible vis-à-vis de ses clients et prospects.

Cependant, l’ouverture du capital à un fonds de Corporate Venture doit intervenir au bon moment (pas trop tôt) et doit être être bien exécuté pour éviter de fragiliser la startup.