Les ETI investissent aussi dans les startups !

Les partenariats entre ETI et startups se développent

En France on dénombre environ 5 800 ETI qui emploient 3,3 millions de personnes, soit 25% des salariés du territoire. (Par définition une ETI est une société comptant entre 250 et 4 999 employés et un chiffre d’affaires inférieur à 1,5 mds€ ou un bilan qui n’excède pas 2mds€).

D’après une étude réalisée par Opinionway pour KPMG en 2018, pour 91% des ETI, un partenariat avec une startup représente une solution efficace pour soutenir une démarche de transformation digitale. Les ETI font ainsi souvent appel aux startups qui sont plus agiles et sont capables de fournir des résultats rapidement. En 2015, BNP Paribas, consciente de l’importance des partenariats entre startups et ETI, a lancé un programme baptisé « WAI » (anciennement « Innov&Connect ») dont le but est de mettre en relation startups et ETI pour co-innover ensemble. L’open innovation permet ainsi à l’ETI de bénéficier de l’agilité et de l’innovation de la startup pour innover et à la startup de bénéficier du savoir-faire de l’ETI.

A titre d’exemple, en 2018, Heppner, ETI de transport et logistique a collaboré avec la startup Brennus Analytics qui propose une solution d’intelligence artificielle pour optimiser les prix de ventes. Ce partenariat a permis à Heppner d’accélérer son virage numérique et à la startup d’obtenir un support d’Heppner et d’améliorer son produit.

Aller plus loin que le simple partenariat : la prise de participation

La création de fonds de corporate venture pour des ETI s’inscrit dans cette tendance de collaboration entre les ETI et les startups. Le Corporate Venture -– ou capital risque d’entreprise– est en croissance dans le monde entier et les startups se tournent aujourd’hui beaucoup plus facilement vers des acteurs Corporates pour trouver des sources de financement. En 2018, $53mds ont été investis dans le monde contre $36Mds en 2017 avec une augmentation de 32% du nombre d’investissements réalisés.

Un nombre croissant de grands groupes, dans tous les secteurs d’activité, ont ainsi développé leur programme de Corporate Venture et prennent ainsi des participations minoritaires dans des startups sur des thèmes plus ou moins proches de leur cœur de métier.

L’exemple des grands groupes

Après avoir commencé à développer leur stratégie d’open innovation, les grands groupes ont commencé à s’intéresser à l’investissement dans les startups. Jusqu’alors, les partenariats et opérations de M&A étaient privilégiés. Cependant, réaliser l’acquisition d’une startup est un processus long, complexe, couteux et très risqué. Les grands groupes se sont ainsi rendu compte que la prise de participation minoritaire était un modèle beaucoup plus adapté pour tisser un premier lien capitalistique avec les startups, avec un bénéfice à la fois stratégique et financier.

Les ETI font face aux mêmes enjeux : elles ont aussi besoin d’anticiper les évolutions de leur marché car leur position peut être rapidement mise en cause par des startups. En revanche, beaucoup n’ont pas franchi le pas, faute d’expertise en capital risque et/ou de moyens suffisants

Aujourd’hui, les ETI sont principalement focalisées sur les partenariats et opérations de M&A

Aujourd’hui il n’est pas rare de voir une ETI, ou même une PME souhaitant croître rapidement, réaliser une opération de croissance externe grâce à des acquisitions de startups.

En 2018 Criteo a racheté Storetail, une plateforme qui permet aux revendeurs de monétiser des emplacements sur leurs site web. Cette acquisition a permis à Criteo d’élargir son offre et de devenir une plateforme proposant de multiples produits.

De même, Monceau fleurs a racheté Bloom’s, une startup qui propose un système d’abonnement en ligne pour recevoir tous les mois des fleurs chez soi, accompagnées de conseils pour composer son bouquet. Cette acquisition a permis à Monceau Fleurs de se renforcer sur le marché de la vente en ligne.

Certaines ont franchi le pas du Corporate Venture.

A titre d’exemple, depuis 2018, Hellowork (anciennement RegionsJob), acteur majeur du recrutement et de la formation en ligne, a mis en place une stratégie de croissance externe et d’investissements minoritaires.  Jusqu’en 2020, Hellowork compte investir jusqu’à 30 millions d’euros dans des startups proches de son écosystème.

Le Corporate Venture est en effet un moyen efficace d’accélérer l’innovation , de créer des projets communs de R&D, de partager des ressources et même d’accéder à de nouveaux marchés sans pour autant prendre le contrôle de la startup et l’intégrer à son organisation. Une opération de corporate venture peut apporter des bénéfices complémentaires à ceux d’une opération de M&A et nécessite moins de trésorerie.

Investir dans une startup peut aussi être vu comme une première étape avant une acquisition. Un premier investissement permet de valider opérationnellement la compatibilité entre les deux sociétés (business, culturelle…) et de commencer à développer des projets en commun avant d’envisager un rapprochement tout en laissant à la startup sa liberté d’action.

C’est aussi un moyen pour les ETI de développer leur image de marque et de marque-employeur.

Enfin, comme pour les grands groupes, les ETI peuvent aussi s’appuyer sur une fiscalité très avantageuse en France. En investissant jusqu’à 1% de leur actif,  elles peuvent amortir leurs investissements sur 5 ans.

Pourquoi une startup devrait ouvrir son capital à un CVC appartenant à une ETI ?

Pour une startup, lever des fonds auprès d’un corporate plutôt qu’un fond d’investissement classique présente de nombreux avantages tels que l’accès aux actifs / connaissances et réseau de l’entreprise, l’accès à de nouveaux marchés, la possibilité de réaliser des partenariats stratégiques etc…

Cependant, lorsque l’on ouvre son capital à un corporate la taille de ce dernier peut avoir son importance. Du côté des startups, ouvrir son capital à une ETI présente plusieurs avantages. Tout d’abord une ETI est généralement plus agile et innovante qu’une grande entreprise (notamment grâce à une structure hiérarchique plus légère). Cela implique que le processus d’investissement peut être beaucoup plus court (c’est un point non négligeable lorsque l’on sait qu’en moyenne un processus de levée de fonds prend environ 6 mois pour une startup). De plus une ETI sera sûrement plus à même de comprendre les problématiques auquel peut faire face à la startup. Enfin, le management de l’ETI est beaucoup plus accessible pour la startup.

Dans la mise en oeuvre, les ETI peuvent désormais trouver des dispositifs adaptés pour investir en direct

A ce jour, encore trop peu d’ETI se sont tournées vers l’investissement minoritaire. Les dirigeants sont souvent sensibles à ce sujet, et investissent d’ailleurs parfois à titre personnel, faisant profiter les startups de leur expérience entrepreneuriale. Mais l’investissement minoritaire est rarement intégré à la stratégie de l’entreprise.

Selon nos hypothèses, plusieurs facteurs peuvent l’expliquer :

  • difficulté à sourcer des opportunités d’investissement de qualité,
  • manque de ressources internes pour analyser les opportunités et prendre des décisions d’investissement cohérentes,
  • frein culturel  : les ETI sont rarement habituées à gérer des opérations de capital risque,
  • peu de ressources financières allouées,
  • une approche avec un retour sur investissement à moyen/long terme qui peut être perçu comme non prioritaire,
  • peu de modalités souples pour investir en direct : le plus simple est d’investir dans un fonds mais les bénéfices stratégiques sont alors très limités.

Investir en direct dans une startup est en effet un processus nécessitant une expertise pointue, des processus adaptés et une équipe spécialisée. Ces ressources sont à la portée des grands groupes mais plus difficilement accessibles par les ETI.

C’est dans ce cadre que nous avons développé notre offre de Venture Capital as a Service. Notre enjeu est de réduire les barrières à l’entrée pour permettre aux acteurs Corporate de toutes tailles d’investir en direct dans des startups et d’en tirer des bénéfices stratégiques et financiers maximaux. Avec Techmind, les ETI peuvent lancer leur programme de Corporate Venture rapidement, bénéficier d’une expertise pointue et monter en compétence en limitant les coûts de gestion.

STARTUPS
close slider

Contactez-nous !

Si vous êtes un entrepreneur, que votre startup est déjà lancée et que vous cherchez des investisseurs pour soutenir votre développement, soumettez-nous votre projet.

Pour toute autre raison, envoyez-nous un message et nous vous recontacterons très vite.